Archives de catégorie Environnement

ParJuliette Real

Extension de l’alimentation en eau de la ville, Ibandan, Nigéria

Extension de l’alimentation en eau de la ville d’Ibandan



CLIENT
Water Corporation of Oyo State
Lien de leur site


Extension de l’alimentation en eau de la ville d’Ibandan

Les phases I et II du projet d’Asejire ont été finalisées au début des années 1970. La ruine des installations d’eau potable antérieures au projet d’Asejire, la dégradation progressive des conditions d’exploitation de ces deux premières phases et l’augmentation de la demande en cours ont rendu urgente l’étude d’extension de ce projet.

En premier lieu, une étude hydrologique précise du bassin versant de la rivière Oshun, prenant en compte tous les prélèvements effectués depuis la construction du barrage, fut entreprise pour déterminer la capacité maximale de cette extension évaluée à 1m3/s. L’étude des installations, poussée jusqu’à l’évaluation des offres, devait conduire à des solutions simples avec des délais de construction courts, compte tenu de l’urgence du projet. Des procédures originales pour la régulation et l’exploitation de l’adduction furent définies en fonction des particularités du profil en long. L’équipement existant comportait :

  • Un barrage d’une hauteur max. de 27 m sur la rivière Oshun. Ce barrage en terre avec pavement en enrochement dispose dans sa partie centrale de cinq vannes secteur jouant le double rôle de régulation du plan d’eau et d’évacuation de crue. L’expertise du barrage a mis en évidence des phénomènes d’alcali-réaction sur l’ensemble de l’ouvrage se traduisant par une importante fissuration des structures en béton et un blocage consécutif de trois des cinq vannes de régulation.
  • Une station de traitement de capacité 1.2 m3/s.
  • Une adduction de liaison d’un diamètre 1200 mm avec les installations de tête de la ville d’Ibadan d’une longueur de 35 km.
  • Diverses stations de pompage d’une capacité de 1 à 1.4 m3/s.

Les études d’extension ont envisagé la réhabilitation totale du barrage et le doublement de la capacité des installations existantes (porté à 2.4 m3/s) avec possibilité d’atteindre 3.6 m3/s en dernière phase.

SGI a eu en charge, outre l’élaboration des études,  la supervision des travaux comprenant la réhabilitation du barrage, le doublement de la station de traitement, le doublement des stations de pompage haut et bas service, la pose d’une nouvelle conduite et adduction de 35 km (diamètre 1200 mm), la réhabilitation de la conduite existante de 48 pouces (28 kilomètres), la réhabilitation de tous les réservoirs existants (2 x 25’000 m3, 2 x 5’000 m3, 1 x 1’500 m3), la réalisation d’un nouveau réservoir de 5’000 m3 et les moyens de télémesures et télégestion sur l’ensemble du projet.

ParJuliette Real

Station de traitement d’eau potable de Bugesera, Rwanda

Station de traitement d’eau potable de Bugesera



CLIENT
Water and Sanitation Corporation
Lien de leur site


Station de traitement d’eau potable de Bugesera

L’objectif principal du projet est d’augmenter la desserte d’eau potable de la ville de Kigali ainsi que pour la région de Bugesera face à la croissance rapide de la population de la zone d’étude.

  • Population estimée à l’horizon 2040 : 3’500’000 à 5’000’000 d’habitants
  • Réalisation de 38 forages pour le champ captant de Kanzanze
  • Pose de conduite entre le champ captant et la station de traitement
  • Station de traitement (40’000 m3/j) :
    • Cascade d’aération
    • Clarificateur
    • Filtres à sables
    • Chloration
    • Centrale électrique
    • Bâtiments administratifs
    • Atelier
    • Station de pompage d’eau traitée vers les réservoirs

ParJuliette Real

Station de traitement d’eau potable Goudel IV, Niamey, Niger

Station de traitement d’eau potable Goudel IV



CLIENT
Société de Patrimoine des Eaux du Niger
Lien de leur site


Station de traitement d’eau potable Goudel IV

L’objectif principal du projet est le renforcement et l’extension de l’actuel système d’alimentation en eau potable de la ville de Niamey avec la construction d’une nouvelle filière de production d’eau potable au sein de l’usine de Goudel afin de produire 40’000 m3/j supplémentaire.

  • Prise d’eau brute sur le fleuve Niger (2 600 m3/h) et conduite d’amenée vers l’entrée de l’usine de traitement (DN800 mm sur 1.7 km)
  • Usine de traitement :
    • Bassin de pré-décantation de 10’000 m3
    • Floculation constituée de 2 modules en parallèle
    • Deux décanteurs modèle Pulsatube de Suez (surface 154 m2)
    • Six filtres à sable ouverts d’une surface unitaire de 48 m2
    • Réservoir d’eau traitée de 6000 m3
    • Nouvelles pompes de la station de pompage d’eau traitée (2 200 m3/h et 3900 m3/h)

ParJuliette Real

Vulnérabilité de la Ville de Porto-Novo, Bénin

Vulnérabilité de la Ville de Porto-Novo



CLIENT
Mairie de Porto-Novo


Vulnérabilité de la Ville de Porto-Novo

La mission vise à évaluer la vulnérabilité au changement climatique de la ville de Porto-Novo, notamment sa partie sud bordant la lagune (Lokpodji) et de la zone humide faisant l’objet d’une pression urbaine et à faire des préconisations d’aménagement.

  • Villes concernées par le projet : Porto-Novo, Aguégués, Akpro Misserete, Avrankou, Adjarra, Semè Podji
  • Population concernée : 882’000 habitants
  • Aire d’étude : 600 km2
  • Réalisation d’un LIDAR
  • Etude hydrologique, modélisation hydraulique 2D et cartographie des zones inondables
  • Projection du niveau de la mer avec le changement climatique
  • Préconisation d’aménagement et analyse qualitative de vulnérabilité

ParJuliette Real

Gestion des eaux pluviales, Dakar, Sénégal

Gestion des eaux pluviales à Dakar



CLIENT
Agence de Développement Municipal
Lien de leur site


Gestion des eaux pluviales à Dakar

Le projet d’Assistance Technique s’inscrit dans le cadre du Programme de Gestion des Eaux Pluviales et d’Adaptation au Changement Climatique (PROGEP) dont l’objectif est de lutter durablement contre les importantes inondations qui se produisent chaque année lors de la période des pluies dans les départements de Pikine et Guediawaye.

  • Population (2025) : 1’600’000 habitants
  • Superficie d’étude de 120 km2
  • Zone d’intervention : bassins versants de Dalifort, Tiourour, Yeumbeul, Wouye et Mbeubeus
  • Composantes principales du projet d’Assistance Technique:
    • Renforcement institutionnel et des capacités de gestion des risques d’inondation et de planification urbaine
    • Construction d’infrastructures prioritaires de drainages des eaux pluviales
    • Gestion participative des infrastructures de drainage
    • Coordination et gestion du projet

ParJuliette Real

Dépollution de la baie de Hann, Sénégal

Dépollution de la baie de Hann



CLIENT
Office National de l’Assainissement du Sénégal
Lien de leur site


Dépollution de la baie de Hann

Le projet d’Assistance Technique s’inscrit dans le programme global de la dépollution de la Baie de Hann qui a connu une dégradation importante depuis les années 1970. L’objectif est de mettre en place un système de collecte, transport, d’épuration et d’évacuation des rejets industriels et domestiques de la plus grande baie de la ville de Dakar.

  • Population du quartier de la Baie de Hann : 150’000 habitants
  • Superficie d’étude de 120 km2
  • Zone d’intervention : bassins versants de Dalifort, Tiourour, Yeumbeul, Wouye et Mbeubeus
  • Composantes principales du projet d’Assistance Technique :
    • Suivi et validation des études
    • Appui à la passation des marchés
    • Suivi administratif et financier des travaux et des activités du bureau de contrôle
    • Appui pour l’assistance à la mise en place des cellules « assainissement industriel » et « capitalisation ».
    • Coordination et communication entre les différentes composantes du projet
    • Formation du Maitre d’Ouvrage

ParJuliette Real

Alimentation en eau de la Ville de Lomé, Togo

Alimentation en eau de la Ville de Lomé



CLIENT
Société de Patrimoine Eau Potable et Assainissement en milieu urbain et semi-urbain
Lien de leur site


Alimentation en eau de la Ville de Lomé

Le projet de maitrise d’œuvre complète a pour objectif global d’améliorer les conditions de vie de la population de la ville de Lomé en augmentant, de manière durable, l’accès à l’eau potable. Il s’agit de la deuxième phase du projet qui vise à l’augmentation de la ressource en eau pour l’ensemble de la ville.

  • Population estimée en 2018 : 2’000’000 habitants (besoins en eau 2030 : 210’000 m3/j)
  • 16 forages à mettre en service et relier au réseau existant (débit total de 815 m3/h)
  • Construction de 5 châteaux d’eau de 1300, 400, 200, 100 et 50 m3
  • Pose de 9 km de réseau d’adduction en PEHD (DN225 à DN355 mm)
  • Pose de 188 km de réseau de distribution en PVC (DN75 à DN315 mm)
  • Pose de 2.4 km de réseau de distribution en PEHD (DN250 à DN315 mm)

ParJuliette Real

Station d’épuration de Marrakech, Maroc

Station d’épuration de Marrakech, Maroc



CLIENT
Régie Autonome de Distribution d’Eau et d’Electricité
Lien de leur site

Station d’épuration de Marrakech, Maroc

Après avoir étudié et réalisé le réseau de collecteur, SGI a conduit l’ensemble des études de réalisation de la station de Marrakech de la phase faisabilité à la mise en service.

Le projet initial envisageait uniquement le traitement primaire. Celui-ci a été complété par un traitement biologique secondaire complété par un système de réutilisation des eaux épurées pour l’irrigation des golfs. Ce projet a initié les installations d’importance au Maroc dans le domaine de l’épuration et de la réutilisation des eaux.

ParJuliette Real

Äerdschëff à Redange, Luxembourg

Äerdschëff à Redange



CLIENT
Administration des bâtiments publics
Lien de leur site

ARCHITECTE
Beng Architectes Associés
Lien de leur site

Äerdschëff à Redange

L’Äerdschëff est situé sur le territoire de la Commune de Redange-sur-Attert le long de la Rue du Lycée.

Ce bâtiment s’inspire du concept de l’earthship de Mike Reynolds et de Biotecture et se veut 100 % autonome au niveau de la production et de la gestion pour ses besoins en eau, assainissement, chauffage, électricité et alimentaire. Cependant, l’Äerdschëff n’est pas une simple imitation du modèle américain né dans le désert du Nouveau-Mexique. C’est une adaptation systémique et systématique de l’earthship au contexte européen, notamment aux conditions climatiques du Luxembourg, aux standards plus exigeants de la législation environnementale européenne, et aux possibilités d’un réel design circulaire à haut potentiel d’avenir.

L’Äerdschëff sera un laboratoire de la transition citoyenne en espace rural. En tant que tel, il reconnectera les communautés locales et servira comme site de démonstration pratique pour une réflexion approfondie sur la manière de se loger, se nourrir, d’utiliser les ressources et de partager les compétences de chacun.

L’Äerdschëff servira comme : Espace de formation (chantier participatif, travail avec élèves et adultes), comme Espace citoyen (participation, échanges, rencontre, culture), et comme Espace de développement d’activités économiques pionnières (espace co-working pour des membres du réseau de la Transition et incubateur écosocial).

Le projet Äerdschëff couvre une surface d’environ 1 000 m² et comprend une grande salle de formation, un bureau et une pièce utilisée comme séjour temporaire et occasionnel pour des conférenciers ou des volontaires.

En matériaux de constructions sont utilisés des vieux pneus comme moyen économique et écologique pour obtenir à la fois une masse thermique et une structure dans le bâtiment. C’est du recyclage : les vieux pneus sont immobilisés à l’intérieur du bâtiment. Ils sont remplis de terre battue et enfermés dans la structure murale. Les autres matériaux utilisés sont le bois, la terre battue, la paille, la chaux, l’argile, …

ParJuliette Real

Alimentation en eau à Bobo-Dioulasso, Burkina Faso

Alimentation en eau à Bobo-Dioulasso



CLIENT
Romande Energie SA
Lien de leur site

Alimentation en eau à Bobo-Dioulasso

Le projet vise à accroître la capacité de production d’eau potable de sorte à couvrir la demande à l’horizon 2030.

Pour cela il est prévu la réalisation des investissements suivants :
– Exécution de 5 forages de production d’eau
– Equipement des 5 forages, travaux de réorganisation de la station de traitement de Nasso afin d’augmenter le débit d’eau traitée, construction d’une nouvelle station de pompage, bâtiment d’exploitation, ballons anti-bélier…
– Pose de conduites d’eau brute : DN1400, DN400, DN500, DN600 et DN700
– Pose de conduites d’adduction DN800 puis 600 entre Nasso et Bolomakoté, DN300 pour l’alimentation des châteaux d’eau de Belle-Ville et Lafiabougou