Processus de co-création Domaine Kiem, Kirchberg, Luxembourg

Processus de co-création Domaine Kiem

Processus de co-création Domaine Kiem

CLIENT
Fonds d’Urbanisation et d’Aménagement du Plateau du Kirchberg
Lien de leur site

ARCHITECTES
Areal Landscape Architects
Lien de leur site

Search Architects
Lien de leur site

Witry & Witry architecture urbanisme
Lien de leur site


Processus de co-création Domaine Kiem

Le lot 4 constitue la dernière phase d’exécution du PAP Domaine Kiem pour ce qui est des terrains appartenant au Fonds Kirchberg. Il joue le rôle de charnière dans la connexion des quartiers existants avec les deux grands projets en voie de développement sur les sites « Laangfur » (Ville de Luxembourg et promoteurs privés) et « Kuebebierg » (Fonds Kirchberg). Les architectes, urbanistes et ingénieurs du collectif « Kiem 2050 » qui travaillent sur ce projet, ont mené une réflexion particulièrement poussée sur la flexibilité technique et architecturale à convertir les rez-de-chaussée selon des besoins changeants : Or, dans une première étape, le Lot 4 se trouve en bordure d’un quartier, plus tard il fera la jonction entre différents secteurs. Alors, il fera fonction de lieu de passage piéton, puisque les espaces extérieurs à l’arrière du projet seront en partie réalisés sous forme de parc public, garantissant ainsi la continuation de l’arc vert qui devra traverser tout le plateau. « Kiem 2050 » cherche à bannir les voitures des alentours directs pour augmenter la qualité de séjour des rez-de-chaussée. Les parkings sont intégrés dans les bâtiments de manière à libérer les passages entre les immeubles afin de permettre aux piétons d’y circuler dans un cadre agréable.

Des typologies de logement particulièrement variées devront attirer une population mixte d’habitants. Le partage est le mot d’ordre au niveau de la conception des appartements. En plus de leurs espaces individuels les acquéreurs pourront profiter d’installations collectives comme un jardin en toiture, un emplacement pour barbecue, un fitness, des ateliers, une buanderie avec machines à laver communes, salle de jeu pour les enfants, une chambre d’amis, etc. La mutualisation permet de profiter d’équipements qui normalement ne trouvent pas leur place dans un appartement ou qu’un ménage tout seul ne pourrait pas s’offrir. Tout en présentant l’atout de favoriser une réduction des coûts, la mutualisation est aussi facteur de lien social et de lutte contre l’isolement. Pour optimiser les surfaces d’espace vivable, différentes typologies de circulation ont été étudiées (couloirs, cage d’escaliers).

Dans son avant-projet sommaire, « Kiem 2050 » donne des pistes pour réduire le gaspillage des matériaux et de l’énergie. Le collectif a élaboré un système pour récupérer l’eau de pluie et les eaux grises (issues des salles de bain et des machines à laver) pour les réutiliser, les eaux grises devant être traitées antérieurement.